PLG_CONTENT_PAGEBREAK_ARTICLE_INDEX

4) Pour la petite histoire...

histoire     A. Un peu d’histoire

28 février 1902 : Décret (promulgué le 6 avril) qui donne au Lycée de Saint-Pierre le nom de Victor Schœlcher.
Après la catastrophe de Mai 1902 : Le Lycée Victor Schœlcher est transféré dans les locaux de l’externat colonial (Caserne Bouillé).
1919 : Une commission choisit le terrain de Bellevue (où se trouvait la maison du Gouverneur) pour accueillir les nouveaux locaux.
Vers 1920 : Début des travaux de terrassement. Après une interruption de plusieurs années, les travaux de construction des bâtiments reprennent en 1933 et durent jusqu’en 1936.
Octobre 1938 : Ouverture de l’internat.
1965 : Construction du Gymnase.
1973 : Le Lycée devient mixte.
1974 : Le Lycée devient polyvalent (Ouverture des séries G1 – G2).
1976 : Fin du premier cycle du second degré (Classe de 3ème).
1986 : Premiers travaux de ravalement.
1991 : Ouverture de la série G3.
1993 : Fermeture de l’Internat.
1995 : Ouverture de l’option Informatique et gestion en terminale STT. Ouverture de l’option Informatique en 2de.
1996 : Ouverture de l’option Théâtre et Expression Dramatique en seconde.
Ouverture du BTS « Assistant de Gestion PME-PMI » 1ère et 2ème année en 97.
1997 : Fermeture de DPECF. Ce sont les 60 ans du Lycée Schœlcher.
1999 : Travaux de rénovation du bâtiment de « Sciences naturelles ».
2000 : Livraison du bâtiment F, bâtiment de Sciences naturelles.
2007 : 70ème anniversaire du Lycée Schœlcher.

B. Mais qui est Victor Schœlcher ?

Victor Schœlcher

Victor Schœlcher naquit le 22 juillet 1804 à Paris, au sein d’une famille de fabricants de porcelaines d’origine alsacienne (Fessenheim). Après des séjours en Afrique, à Cuba et en Amérique, il décide de consacrer sa vie à lutter contre l'esclavage. Il publie dans ce but plusieurs livres, dont Des colonies françaises, abolition immédiate de l'esclavage en 1840. Sous-secrétaire d'État à la Marine en 1848, Schœlcher contribue à faire adopter le décret sur l'abolition de l'esclavage dans les Colonies le 27 avril 1848.

C’est grâce à lui qu’à la Martinique, nous pouvons célébrer le 22 mai, l’Abolition de l’Esclavage.

Plus tard, il lutte également contre la peine de mort et écrit Abolition de la peine de mort en 1850. Opposé au coup d'Etat de Napoléon III en 1851, il s'exile pour ne revenir en France qu'en 1870. Il sera alors élu député, puis sénateur de la Martinique. Il meurt à Houille, le 25 décembre 1893, ses cendres seront transférées au Panthéon en 1949.

Sources : www.linternaute.fr

Incrivez-vous à notre Newsletter

Recevez en exclusivité nos dernières infos et nouvelles dans votre boîte e-mail